Skip to Content

Pâques – 16 Avril

Aujourd’hui la Messe du Pape à St Pierre. Prévue pour 9h1/4, elle a commencé à 10 h et fini à 12h1/2. Après une course folle pour entrer dans la Basilique, j’ai fini par arriver dans le côté gauche de l’autel. La foule était compacte et je suis restée debout pendant quatre heures et demies, m’efforçant de dominer les têtes et surtout celles des séminaristes allemands, véritables géants rouges. Je ne peux me plaindre de la place que j’ai réussi à obtenir puisque je voyais le Pape de profil à l’autel et aussi l’arrivée sur la Sedia. Après la sonnerie des trompettes d’argent et les acclamations de la foule, la messe a commencé dans le plus grand recueillement. Elle était magnifiquement chantée par la chapelle Sixtine et les Bénédictins dont les voix étaient renvoyées par les hauts parleurs à travers la Basilique.
La messe pontificale est très spéciale et se déroule dans le plus grand cérémonial liturgique. Le Saint Père monte à l’autel pour encenser avant l’Introït accompagné des cardinaux en grand costume ; la traîne blanche du pape descendait jusqu’au bas des degrés de l’autel et sur les vases sacrés brillaient des pierreries de toutes couleurs. Rangés autour de l’autel, les prêtres, les servants, puis la garde Noble et Palatine, les chambellans, les camériers, les gendarmes. Le Pape regarde le peuple et on le reconnaît, parmi les cardinaux à la calotte blanche qui couvre sa tête. Il va s’asseoir sur le trône au fond du chœur jusqu’à l’offertoire tandis que les lecteurs psalmodient l’Epître et l’Evangile. Puis le Pape revient célébrer le reste de la messe jusqu’à la Communion qu’un cardinal va lui porter au fond du chœur. La Messe est dite dans les deux rites grec et latin et l’Evangile est chanté dans les deux langues pour marquer l’union des Eglises. L’Elévation est très impressionnante le Pape tenant l’Hostie se tourne de tous côtés pour la présenter à la foule, de même avec le Calice. Nous entendons très distinctement la voix du pape articulant le Pater puis donnant sa Bénédiction à la fin de la Messe. L’impression ressentie est inoubliable.
La Messe est finie, le Saint Père remonte sur la Sedia et les acclamations éclatent comme un tonnerre jusqu’à la sortie de la basilique. Ensuite du haut des balcons qui longent la coupole à l’intérieur, on montre au peuple les précieuses reliques conservées à St Pierre entre autres le chef de St Pierre et le voile de Ste Véronique.
La Sedia descend lentement au son des trompettes d’argent et la foule court dans l’Église pour suivre plus longtemps le St père. Un écrasement produit par une effroyable bousculade, se fait à chaque porte au moment de la sortie des 57 000 pèlerins contenus dans l’Église.
Les bourrades des gendarmes réussissent à entasser la foule au pied du grand escalier. La place est noire de monde sous un soleil ardent. Vers 1h1/2 le silence se fait : le Saint Père a paru à la loggia, balcon extérieur et donne à cette foule de 100 000 personnes environ, au milieu d’un religieux silence, la solennelle bénédiction qui confère l’indulgence plénière. Celle-ci avait déjà été donnée au moment des accords de Latran mais le Pape n’avait pas célébré à St Pierre depuis 1870. Puis la Sedia se retire lentement suivie des cardinaux tandis que la foule acclame éperdument.

Il faut ensuite essayer de se frayer passage, l’esprit tout émerveillé de ces splendides cérémonies, s’accrocher aux tramways qui passent bondés, regagner le couvent où le dîner nous attend avec de délicieux petits nids garnis d’œufs de Pâques.
La journée se termine par les Vêpres à St Jean de Latran et le Jubilé à Ste Marie Majeure.
Quel beau jour de Pâques !



Dr. Radut | page